Philippe d'Orléans n’a pas franchement le béguin pour l’Allemande, impressionnante par sa carrure de lutteuse. A la Révolution, ses restes furent dans une fosse commune et ré-inhumés en 1817 dans l'ossuaire de la basilique. Il reçoit, à la mort de son père en 1701, le titre de duc d’Orléans. Il était réputé pour sa débauche, il s'adonnait à des orgies au cours des fameux petits soupers en compagnie de quelques convives et souvent de sa fille, « Joufflotte », la plantureuse duchesse de Berry qui avait une réputation de Messaline. Condé et Conti envoient le marquis de Dangeau complimenter Madame, la mère de Philippe d’Orléans, persuadés que la nouvelle était fausse. « On dit Madame la Duchesse de Berry accouchée d'une fille qui n'a vécu que trois jours. En collaboration avec son maître de musique , il composa un opéra, Philomèle aujourd'hui perdu. En revanche, il a la prodigieuse mémoire de son oncle : très tôt, il connaît sur le bout des doigts les mémoires et généalogies des grandes familles de la cour. « Lettres de La Palatine à Madame de Ludres 1 & 2 avril 1719 » (Madame Palatine, « La fille de la duchesse de Berri et du comte de Riom, que j'ai vue dans ma jeunesse, est actuellement religieuse à Pontoise, avec trois cents livres de pension. les intendants commissaires départis dans les provinces », dans laquelle il déclare que sa préoccupation majeure est le poids excessif des différentes taxes et annonce son intention d’établir un système d’imposition plus juste et plus égalitaire. Henriette d’Angleterre, appelée « les os des Saints Innocents » par Louis XIV, la « princesse la plus aimable du monde » éprise de culture, s’adaptant très facilement à la Cour, devenue gracieuse, souriante et sûre d’elle, épouse donc Philippe par un contrat signé le 30 mars 1661. Elle accouche le 16 juin, mais la petite fille ne vit que 12 heures. Une Fille du Régent : 1719. Il a aussi une grande capacité de travail et de l'intelligence. Avec le soutien des cardinaux Bissy et Rohan, il s'engage dans la voie de l'accommodement et la rédaction d'un corps de doctrine, sorte de synthèse des vues gallicanes sur la querelle janséniste, signé en 1720. ». Lors de son accouchement, la duchesse craint de mourir et réclame les sacrements[24]. Officieusement surnommée « Joufflotte » en raison de ses formes plantureuses, ou encore la « Vénus du Luxembourg », elle est souvent dépeinte comme la figure emblématique de la Régence et de ses débauches. Comme on le sait, sa grossesse étant arrivée à terme, la duchesse de Berry est alors en couches depuis plusieurs jours au palais du Luxembourg, et à l'article de la mort. Son père confie son éducation au comte de Pons Saint-Maurice. Un fragment de Noëls satiriques de 1717 ridiculise Madame de Berry[31] : Grosse à pleine ceinture, Dit en faisant charivari, En raison de la présence de Riom et de Mme de Mouchy dans le palais du Luxembourg, le curé de Saint-Sulpice, Jean-Baptiste Languet de Gergy, refuse d'administrer l'extrême-onction à la parturiente[25]. Le Palais-Royal est le théâtre de ses abandons à la débauche en compagnie de ses « roués » (méritant le supplice de la roue), « fanfarons d’incrédulité et de crimes » ; les petits soupers y tournent parfois à l’orgie[10]. Régente, elle donne à ses deux fils une éducation très différente de celle que reçoivent les autres rejetons des grandes familles. Il confie ainsi au duc du Maine, un de ses bâtards légitimés, la garde et la tutelle du jeune Louis XV en le nommant régent du royaume, disposant également de la Maison militaire. Bien que le début de sa régence connût quelques batailles contre les Espagnols, la seconde partie de celle-ci fut tournée vers une alliance contre l'ennemi d'alors : l'Espagne. C'est la grosse Joufflotte Menant de front la bonne chère et l'amour dès son installation au Palais du Luxembourg, elle fait scandale par sa conduite. Ce dernier rentre en France et paraît à Versailles comme si de rien n’était. Un peuple d'Ammonites. Philippe d’Orléans est d'abord titré Duc de Chartres. Il accuse la jeune femme (en qui il semble voir une nouvelle Ève) d'hérésie[10] face au catholicisme dominant. Elle obtient le titre de duchesse de Berry en 1710. Seigneur, je n'aurai plus de mœurs aussi gaillardes, Semaine Sainte Pour La Maison D'orléans De 1752 Aux Armes De Louis-Philippe D'orléans, Duc D'orléans, Premier Prince Du Sang (1725-1785) - Livres anciens Sciences humaines et spiritualité Format: Relié De boucher le trou, Fille de Philippe d’Orléans, duc d’Orléans et futur régent, Marie-Louise-Élisabeth épousa en 1710 Charles de France, duc de Berry. Ils en sont pour leurs frais et doivent constater la victoire de leur rival dans les faveurs du roi[5]. Dans la mémoire collective, le prince demeure le … Philippe d'Orléans a trois enfants qui le déçoivent et veut faire venir à Paris sa fille illégitime, Hélène de Chaverny. Ces rumeurs furent sans doute semées par les princes jaloux. Selon Saint-Simon, le mariage serait violent[8]. Le Régent était également favorable à la paix[Information douteuse]. Dit en humble posture Après la mort de Louis XIV et une fois établie au palais du Luxembourg où elle constitue sa Cour, la veuve de vingt ans poursuit une vie remplie de fêtes et accumule les amants, ce qui lui vaut la réprobation de Saint-Simon (son biographe le plus prolifique) : outre La Haye, le marquis de la Rochefoucauld, capitaine de sa garde personnelle ou le comte de Riom. L'objectif du duc est de réunir les deux branches (aînée et cadette) des Bourbons[6]. Mère des Moabites, La personnalité de l’abbé Dubois, son ancien précepteur, devenu archevêque, cardinal et ministre, s’impose de plus en plus auprès de Philippe, le fonctionnement de la polysynodie devenant de plus en plus difficile. ». Les difficultés du travail alertent les courtisans alors que la délivrance se fait attendre, augmentant le scandale. La féconde Berry En entamant sa régence, il adresse, le 4 octobre 1715, une « Lettre à MM. Elle envisage de fuir la cour de Versailles pour les Pays-Bas[11] avec son amant La Haye, écuyer du duc de Berry[8]. L'ensemble de l'argent et des biens qui avaient été partagés est rendu à Marie-Louise[9]. Le duc de Chartres vit cette décision comme un camouflet personnel : on ne lui accorde aucun grand gouvernement, à la différence des bâtards, et on le prive de grand commandement. Diam. Il ordonne à celui-ci de rejoindre son régiment sur la frontière espagnole. La vieille princesse veut cacher le scandale que provoque cet accouchement clandestin et attribue la « bien grave maladie » de sa petite-fille à son obésité, conséquence de sa boulimie. ». Elle s'adonna à la chasse et aux fêtes, subissant les critiques de la princesse Palatine Élisabeth-Charlotte de Bavière. Philippe de France, Père du régent le Duc D’Orléans et frère de Louis XIV- Mignard. Inspirées par des rumeurs d'accouchement clandestin que rapporte la Gazette de la Régence[32], diverses chansons satiriques anonymes évoquent la multiplicité des géniteurs possibles : […] Il meurt le jeudi 2 décembre 1723 après souper vers sept heures du soir[13], assoupi dans son fauteuil sur l'épaule d'une de ses favorites, la duchesse de Phalaris[14]. Louis XV est mineur et Philippe d'Orléans gouverne la France, c'est la Régence. Elle subit notamment les critiques acerbes du duc de Saint-Simon (son épouse était dame d’honneur de la duchesse) dans ses Mémoires[3],[4]. Philippe d’Orléans sollicite alors, auprès de Louis XV qui a pour lui la plus vive affection, la place de principal ministre et le roi la lui accorde sans hésiter. C’est également un explorateur, un naturaliste et un écrivain de langue française 23 cm/Le Prince de Joinville, fils de Louis-Philippe, ramena les cendres de l’Empereur. Au début des années 1690, il eut pour sa formation musicale Marc-Antoine Charpentier, qui lui offrit un petit traité de Règles de composition H.550. En 1719, la duchesse est enceinte à nouveau. Elle se fait officiellement surnommer « Mademoiselle »[1],[2]. Désireux de calmer le jeu, Louis XIV rappelle tous les princes en 1697. », Le père serait le comte de Riom. De retour au Luxembourg, après une nuit de débauches, l'imprudente, prise de vives contractions, perd les eaux et, affolée, se réfugie dans une petite chambre. Qu'elle est la première de France, Ils eurent cependant huit enfants mais un seul fils : Ils eurent cependant huit enfants mais un seul fils : L'historiographie de la Régence ne fera que charger un peu plus les traits négatifs associés au portrait de la Duchesse de Berry, jusqu'à en faire la figure emblématique des excès de son temps, nymphomane, boulimique et alcoolique, l'incarnation par excellence d'une féminité mortifère. Sur accord du roi, la duchesse de Berry quitte le grand deuil après seulement une année[16]. Son cœur est déposé, ainsi qu'il était fait pour tout prince et princesse de la Maison de France, dans la chapelle Sainte-Anne[28]. Achevez le mystère ; », — Eugène-Melchior de Vogüé, Elisabetta Lurgo has a new book out soon and it is all about Monsieur! C’est son fils Jean, duc de Guise, qui se retrouve à la tête de la maison d’Orléans après la disparition, en 1926, de Philippe duc d’Orléans, fils du comte de Paris. Belle duchesse de Berry, La relation de Charlotte et de Philippe. Dans le film de Bertrand Tavernier Que la fête commence..., l'intrigue débute en juillet 1719 avec la mort de la duchesse de Berry, dont le cinéaste montre l'autopsie, quand, dans le même temps, le fantôme de la duchesse « hante » le Régent tout au long du film. Les jugements sur son comportement sexuel se multiplient. Ce testament sera cassé, de façon curieuse, par le Parlement. Ascendance de Philippe d'Orléans (1674-1723), « Sans tirer aucun profit de ce mariage, Chartres n’en gardera que la honte et le déshonneur », Cependant, son action la plus contestable fut d'accepter le, n'eut pas de conséquences durables sur l'économie dite réelle, désendettement de l'État, et boom économique durable, avec l'essor du commerce extérieur, Selon les règles typographiques, un nom commun employé en sens absolu, non suivi du nom propre, porte la, Fin janvier 1716, la duchesse de Berry accouche clandestinement d'une fille au palais du Luxembourg. Dès la mort de son grand-père, le jeune duc de Chartres, qui a pris ce titre à cinq ans, est retiré du giron des femmes (l'habitude aristocratique est de retirer les enfants de leur gouvernante à sept ans). » Vers la fin de cette même année, Arouet (Voltaire) relaie devant un informateur de police les rumeurs selon lesquelles la duchesse serait enceinte, précisant que celle-ci est allée passer six mois à la Muette « pour y accoucher[19] » ; ce propos lui vaudra la Bastille. Les fiançailles ont lieu le soir même et le mariage religieux le lendemain, dans la chapelle du Palais Royal qui sera leur résidence. La duchesse meurt des suites de ses couches deux mois plus tard, à l'âge de vingt-trois ans. Selon Jean-Baptiste Honoré Raymond Capefigue, il s'agirait de calomnies venant de Louise Bénédicte de Bourbon, duchesse du Maine, par « pédanterie », et de la duchesse de Bourgogne, par jalousie[6]. Il sait que son oncle désapprouve sa conduite : depuis l’adolescence, il fréquente les milieux libertins et mène une vie dissolue, ce que réprouve le strict duc de Saint-Simon, son ami d’enfance, qui reste pourtant à ses côtés lors de cette période de disgrâce. ». Société L’enfouissement des fils crée des remous sur l’île d’Orléans . Fabulous news! D'être la première putain. En mars 1707, il est nommé pour commander les armées françaises en Espagne. Afin de promouvoir la paix avec l'Espagne, il fiança en 1721 Louis XV avec l'infante Marie-Anne-Victoire d'Espagne, bien qu'elle fût éloignée de la Cour plus tard à cause de son jeune âge. Le 7 juin 1710, le duc d'Orléans obtint du roi Louis XIV l'arrangement d'un mariage entre Charles de France[7] et la princesse d'Orléans. Le système de Law, même s'il ruina de nombreux spéculateurs, n'eut pas de conséquences durables sur l'économie dite réelle[Information douteuse], l'inflation forte qu'il occasionna s'effectuant principalement pour les particuliers qui consommaient avec des actions. Il refuse de suivre les avis que lui donnent son entourage[12] et son médecin Pierre Chirac[13]. Il avait en effet de grandes capacités de travail. Son cœur est porté à la chapelle Sainte-Anne (nommée la « chapelle des cœurs » renfermant les cœurs embaumés de 45 rois et reines de France) de l'église du Val-de-Grâce. Il s'intéresse particulièrement à l'histoire, la géographie, la philosophie et aux sciences. Ce mariage parachèverait la politique d’abaissement des branches cadettes de la maison de Bourbon voulue par le Roi Soleil, mais Monsieur et sa femme, la Princesse Palatine, jugent une telle union tout simplement scandaleuse, indigne et pour tout dire inimaginable. Monsieur Philippe I, Duke of Orléans (21 September 1640 – 9 June 1701) was the younger son of Louis XIII of France and his wife, Anne of Austria.His older brother was the "Sun King", Louis XIV.Styled Duke of Anjou from birth, Philippe became Duke of Orléans upon the death of his uncle Gaston in 1660. Au début de 1716, Madame de Berry, malade en son palais du Luxembourg, ne paraît pas en public pendant plusieurs semaines. […] Afin de combattre ce pays, Philippe signa en 1717 une triple alliance, dont faisaient partie les Provinces-Unies et l'Angleterre. Philippe d’Orléans est, sans aucun doute, l’un des personnages des plus fascinants du règne de Louis XIV. Pour sa part, Saint-Simon qualifia cette vie de « scandaleuse ». Philippe d'Orléans, adulte de la famille royale le plus proche du roi, qui dispose alors de la charge, purement honorifique, de « président du conseil de régence », s’efforce, et obtient, de faire casser un testament qui le prive de prérogatives qu’il juge dues à sa naissance[8]. Attisant l'intérêt des spectateurs friands de scandales, la présence de Mme de Berry à la première de l'Œdipe contribue à la réussite de la pièce et à son succès public. Louis XIV, alors que la grossesse se poursuit, indique son désir de devenir le tuteur de la duchesse du Berry et de son enfant à naître. Dès qu'elle eut 8 ans, Orléans laissa sa fille libre d'agir à sa guise. Marie Louise Élisabeth d’Orléans, est née le 20 août 1695 à Versailles et morte à 23 ans le 20 juillet 1719 au château de la Muette.Elle obtient le titre de duchesse de Berry en 1710.. Fille de Philippe d’Orléans, duc d’Orléans et futur régent, Marie-Louise-Élisabeth épousa en 1710 Charles de France, duc de Berry.Elle se fait officiellement surnommer « Mademoiselle » [1], [2]. Dans ce logement qui fut sien, comme à Meudon et à la Muette, ses débordements scandalisèrent un monde où l’on ne s’étonnait guère. De toutes nos souveraines, elle est sans doute la plus aimante et la plus modernedes mères. », « [...] la plus dépravée des femmes de son temps, et dans tous les genres de dépravation. On ne peut pas la calomnier. Puisse bientôt naître de vous Sa cadette de deux ans Élisabeth-Charlotte attendra jusqu'en 1698 pour épouser Léopold Ier, duc de Lorraine et de Bar. Il a constitué la collection de la maison d'Orléans, rassemblant près de cinq cents tableaux destinée à orner les galeries de sa principale demeure, le Palais-Royal. Après une longue agonie, la duchesse de Berry expire le 21 juillet à la Muette. Lors de l'autopsie, réalisée au château de La Muette, la nuit du 20 au 21 juillet 1719, les médecins affirment lui trouver « un ulcère à l'estomac, un autre à l'aine, la rate entièrement pourrie et en bouillie, la tête pleine d'eau et la cervelle réduite de moitié. De cette ligne sont issus (entre autres) Philippe Égalité, le roi Louis-Philippe et tous les prétendants orléanistes au trône de France. Sur le plan de l’organisation du gouvernement, le Régent entame la politique de polysynodie, sans doute sous l'influence de son ami Saint-Simon : le remplacement des ministres par des conseils rassemblant des grands seigneurs et des techniciens. Naissance de la Mademoiselle de Blois », Dernière modification le 27 octobre 2020, à 10:55, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Marie-Louise-Élisabeth_d%27Orléans&oldid=175965990, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Cinq enfants morts en bas-âge, et une fille adulte, Charles d'Alençon, duc d'Alençon, château de Versailles, né avant terme le, Marie Louise Élisabeth d'Alençon, née avant terme au château de Versailles (, une fille née au palais du Luxembourg le 27 ou. Rappelé à l’armée lors des campagnes difficiles de la guerre de Succession d'Espagne, il prouve sa bravoure à Turin en 1706. En 1718, le Régent renonce à la polysynodie et reprend le type de gouvernement en vigueur sous Louis XIV. Elle est du vrai sang de Bourbon ; Ses quelques initiatives, de portée certes modeste, s’avèrent en revanche des succès. Portrait en pied présumé du duc d'Orléans, père de Philippe Egalité INV 27005, Recto Fonds des dessins et miniatures - Exposé à San Francisco, California Palace of the Legion of Honor Notice 38, rédigée par : MUNHALL Edgar, sous le titre : Portrait présumé de Louis Philippe, duc d'Orléans Reproduit: GREUZE Jean-Baptiste Ecole française Cruelle aggravation aux tortures de l'enfantement, la fille du Régent, à l'article de la mort, se voit refuser les sacrements de l'Église. De Philippe d’Orléans (1674-1723), régent de France à la mort de son oncle Louis XIV, Montesquieu a écrit qu’il était « indéfinissable ». La jeune veuve est enceinte. Correspondance complète de Madame, duchesse d'Orléans, par M.G. Louis Philippe Robert d’Orléans, duc d’Orléans [N 1], né le 6 février 1869 à York House, à Twickenham, au Royaume-Uni et mort le 28 mars 1926 au palais d’Orléans, à Palerme, en Sicile, est prétendant orléaniste au trône de France sous le nom de « Philippe VIII » de 1894 à 1926. Le régent est particulièrement satisfait de sa politique et déclare avec son humour habituel : Sur les autres aspects de la politique, il s’impose aux parlements et aux légitimés (septembre 1718), prend les armes contre l’Espagne dans une alliance avec Londres et Vienne (janvier 1719).