Ainsi, on voit à quel point un fait apparement mineur, en l'occurrence la présence d'une mouche, peut revêtir une grande importance : le séjour de Nicolas Bouvier n'aurait sans doute pas été le même sans la mouche ! Dès lors, la contradiction apparente entre rêve et réalité peut se résoudre: «— C’est merveilleux!», s’exclame Axel. Ce long séjour en Iran modifie leur façon d'être : "Six mois d'hivernage ont fait de nous des Tabrizi qu'un rien suffit à étonner (l. 2-3). Pour aller plus loin, vous pouvez consulter la correction des … On peut citer par exemple les romans de Tolkien : [attention ! "qualité des regards, forme des nuages, inclinaison des casquettes" (l. 4). Il compare en effet les mouches d'Europe et les mouches d'Asie. L'auteur y raconte le long périple accompli par lui et son ami Thierry Vernet depuis l'Europe jusqu'en Asie. L'auteur y raconte le long périple accompli par lui et son ami Thierry Vernet depuis l'Europe jusqu'en Asie. - annonce du plan : Tout d'abord, j'analyserai la situation désespérée des personnages, ensuite, j'étudierai la métamorphose du professeur. : "La mouche d’Europe s’en tient aux vitres, au sirop, à l’ombre des corridors. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, exorcisée, 10 autant dire innocente. La singularité de ce roman ressort d’autant mieux qu’on le replace en perspective, en cherchant à saisir ce qui fait de lui à la fois un prolongement de l’expérience narrative menée dans les Voyages Extraordinaires, un ensemble où il a sa place, et une exception qui, en révélant la face cachée de cette expérience, en fait basculer les enjeux d’un tout autre côté. Problématique : Quels sont les enjeux de la mise en fiction de la science dans l’œuvre de Jules Verne ? Ces petits détails, loin d'être ennuyeux, apportent du piquant au voyage, comme le souligne le jeu de mots ces, l'intérêt du voyage, pour Nicolas Bouvier, c'est aussi d'accepter de changer soi-même, . La comparaison "comme un Auvergnat montant sur Paris" (l. 4-5) indique bien ce regard neuf porté par les deux hommes sur tout ce qui les entoure. (l. 25-26), crescendo dans ce texte dans l'ampleur des découvertes. Cette maladie pourrait même fournir un bon alibi pour rester tranquillement au lit comme le montre la phrase "on ne songe qu'à dormir et le lit est bon" (l. 3-4). L’aventure aura en fait correspondu à la durée d’une maturation nécessaire pour Axel, qui décrit au début du roman son «caractère un peu indécis». Nicolas Bouvier adopte alors le ton de l'exagération, comme le soulignent la répétition du nom "haine", ou encore l'expression "les larmes aux yeux" (l. 5) qui montre la réaction épidermique du narrateur à la pensée d'une mouche. Malgré les thèses de Poisson et d’autres «véritables savants», évoquées par Lidenbrock pour nier l’état de fusion interne du globe terrestre, celle-ci ne fait guère de doute dès avant 1864. Nous étions au bas bout de la table, au bord de l’assiette, mais bien résolus à y pêcher quelques morceaux. C’est à Riou que Hetzel, l’éditeur de Jules Verne, confiera l’illustration de Voyage au centre de la terre. Toute l’errance des trois personnages paraît en effet marquée d’une sorte de rétrogradation générale. Il prend ainsi le contre-pied des habitudes occidentales. Vous êtes en mode "plein écran". > Jules Verne, Voyage au centre de la terre Document envoyé le 08-04-2020 par Pascale Frevol Proposition d'explication linéaire- deuxième extrait étudié. L’analyse linéaire au bac. La comparaison "comme un Auvergnat montant sur Paris" (l. 4-5) indique bien ce regard neuf porté par les deux hommes sur tout ce qui les entoure. (l. 8-9). problématique : en quoi cet extrait rapporte-t-il la dernière découverte des personnages, pourtant sortis du centre de la Terre ? Accoudés au balcon de notre auberge, nous pouvions voir monter Téhéran tout entière. Il fait rire jusqu’à ses proches par ses défauts de langue. Enfin, l'intérêt du voyage, pour Nicolas Bouvier, c'est aussi d'accepter de changer soi-même. Voyage au centre de la Terre. Je ne puis peindre mon désespoir. Jules Verne, Voyage au centre de la Terre : résumé L’histoire commence dans le quartier de Hambourg, en Allemagne. Ce texte est extrait du récit de voyage intitulé L'Usage du monde, écrit par N. Bouvier et publié en 1963. Nul mot de la langue humainene rendrait mes sentiments. On peut dès lors se demander en quoi l'expérience racontée illustre une vision personnelle du voyage. Par rapport à l’inspiration la plus fréquente dans l’univers de Jules Verne, à son didactisme habituel, le lecteur se trouve ici profondément dépaysé. Jules Verne, Voyage au centre de la Terre (1864) Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle Œuvre : Verne, Voyage au centre de la Terre À quoi servent les atlas et les dictionnaires pour nommer des choses qui n’existeraient pas si le poète ne les avait pas dites? Jules Verne - « Voyage au centre de la terre » mardi 5 novembre 2019 , par BERNOLLE Marie-Anne, Chargée de mission pour l’Inspection de Lettres Cette journée est le premier volet d’une série de trois, organisées par l’inspection académique de lettres de Versailles sur certaines des œuvres au programme à l’E.A.F., session 2020. Axel Lidenbrock. Le voyage reprend sa monotone uniformité, que je ne tiens pas à rompre au prix des dangers d’hier. Et l'on va au diable, sous un soleil de plomb, manger une tête de mouton au yaourt chez un vieillard qui nous reçoit en pyjama. J’oubliais tout, et les dangers du voyage, et les périls du retour. Explication linéaire n°10 : La vallée des monstres. Nous ne pouvons prendre pied dans l’existence qu’au terme d’un chemin passant obligatoirement par le mythe et sur lequel un père charnel ou légendaire nous a forcément précédés. Titre de la partie 1 : Un endroit extraordinaire, Deux découvertes scientifiques très importantes, - présentation du texte + rappel de ce qui précède dans le roman. Comment faire pour approfondir l'analyse ? Œuvre du domaine public. : n'hésitez pas à utiliser des couleurs et à surligner des éléments directement dans votre texte. Y penser seulement me met les larmes aux yeux. présentation du texte + rappel de ce qui précède. Tout de même, elle profite de l’idée qu’on s’en faisait. Il faudrait tout de même gagner ici de quoi atteindre l’Inde. Cette maladie pourrait même fournir un bon alibi pour rester tranquillement au lit comme le montre la phrase "on ne songe qu'à dormir et le lit est bon" (l. 3-4). 1. une tête humaine ! il s'agit d'un exemple parmi d'autres, choisis une oeuvre que tu connais personnellement, car l'examinateur/trice peut te poser des questions]. Lire en mode normal (façon ereader) XXX. Auteur : Jules Verne Analyse de : David Noiret La fiche de lecture rédigée par David Noiret, maitre en langues et littératures françaises et romanes, propose une analyse détaillée du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, avec un résumé complet chapitre par chapitre, une étude des personnages, des clés de lecture et quelques pistes de réflexion sous forme de questions ouvertes. - Une tête humaine !" Ce texte est extrait du récit de voyage intitulé L'Usage du monde, écrit par N. Bouvier et publié en 1963. (l. 14) + "véritable accent de pitié" (l. 14), - émotion visible physiquement "mains frémissantes (l. 16), "yeux humides" (l. 16-17), "farouche" (sa nature d'avant) / "tendresse" (l. 15), de la surprise : " à ma grande stupéfaction" (l. 18), "hébété" (l. 21) +, - fait inattendu = sauvetage + métamorphose, dépôts alluvionnaires : restes organiques laissés par un fleuve, extumescence : tas qui dépasse du sol, monticule, Cuvier: musée d'histoire naturelle à Paris, fulgurant : qui contient des éclairs, étincelant, antédiluvien : très ancien (qui date d'avant le Déluge), bibliomane : rat de bibliothèque, qui aime les livres. Date de publication sur Atramenta : 10 mars 2011 à 13h29. — Brise N.-N.-E. assez inégale. "ses gros yeux roulaient sans cesse derrière ses lunettes considérables" (l. 20). L'expression "impudence sinistre" la dote d'un mauvais esprit, et suppose une. Voyage au centre de la Terre fut publié en 1864. Voyage au centre de la Terre est un roman de science-fiction de Jules Verne. En troisième lieu, je vais étudier quelle morale Nicolas Bouvier exprime à l'issue de cette anecdote. Cette fois nous n'en avons qu’une ; un mot pour un Juif azeri que nous allons trouver tout de suite : une tête à vendre sa mère, mais c'est un excellent homme tout plein d'un désir brouillon de débrouiller nos 10 affaires. Par contre, une ou deux parties d'échecs lui feraient bien plaisir. Chapitre 1 . L'agrément dans ces lents voyages en pleine terre c'est – l'exotisme une fois dissipé – qu’on devient sensible aux détails, et par les détails, aux provinces. , on peut voir dans ce texte que Nicolas Bouvier dresse un portrait extrêmement péjoratif de la mouche d'Asie. Le professeur Otto Lidenbrock. A mi-chemin entre le scientifique et l’imaginaire, Voyage au centre de la terre de Jules Verne (1864). Dans cet extrait, Nicolas Bouvier décrit la mouche d'Asie comme un véritable enfer. Il prend ainsi le contre-pied des habitudes occidentales. (, ah) + physique "secoua l'enfant par les oreilles" (l. 23-24), - réponse extrêmement brève, un seul mot "Stromboli" (l. 25), qui provoque un effet grandiose. Vous montrerez d’abord comment le narrateur introduit de façon habile le sujet dont il va traiter (du début à la ligne 11), puis vous étudierez l’art du portrait (de la ligne 12 à la fin). Parfois même elle s’égare sur une fleur." marquent une avancée dans le développement. Mais voilà, il y a les mouches ! Il s’agit du troisième volume des Voyages extraordinaires.Jules Verne s’inspire de nombreuses sources scientifiques qu’il cite au cours de son œuvre et du roman d’aventures de George Sand Laura : Voyage dans le cristal.Ainsi, Voyage au centre de la Terre se situe entre science et fiction. Le voyage change leur perception ; ils redécouv. Pour répondre à cette question, j'étudierai tout d'abord la définition du voyage par le narrateur (du début à la ligne 7), puis l’art du portrait (de la ligne 8 à la ligne 17), et enfin la “morale” de cette histoire (de la ligne 18 à la ligne 21). Vous étudierez d’abord la définition du voyage par le narrateur (du début à la ligne 7), puis vous analyserez l’art du portrait (de la ligne 8 à la ligne 17), enfin, vous étudierez la “morale” de cette histoire (de la ligne 18 à la ligne 21). Romans d'aventures. L’immense caverne envahie par les eaux sur lesquelles ils naviguent, matrice gigantesque d’une vie toujours renouvelée depuis l’aube des temps, en est l’image la plus saisissante. Axel lui-même refusera jusqu’au bout d’adhérer aux conceptions de son oncle. Le jeune Axel n’a pas l’âme d’un aventurier. Voyage au centre de la Terre raconte l’exploration d’un groupe de personnages composé du professeur Lindenbrock, d’Axel et de Hans Bjelke à travers un passage conduisant au centre de la Terre.. Hambourg, mai 1863. L'ennui est accepté comme un ingrédient du voyage. L'expression "impudence sinistre" la dote d'un mauvais esprit, et suppose une personnification. inculte (barbe) : sans soin / sans culture, intrigué : curieux, intéressé par ce qui est en train de se passer, polyglottisme : le fait de parler plusieurs langues. On ne songe qu’à dormir, et le lit est bon. Le roman traite de la découverte d'un manuscrit runique ancien par un savant allemand qui, avec son neveu et leur guide, entreprennent un voyage vers le centre de la Terre en y entrant par un volcan islandais éteint, le Sneffels (c'est-à-dire le Snæfellsjökull). Ils arrivent enfin sur la terre ferme, mais ignorent où ils sont exactement. "à la cassure, à l'aspect, à la dureté, à la fusibilité, au son , à l'odeur, au goût d'un minéral quelconque" (l. 14-15) illustre à quel point le savant est méthodique et expert dans son domaine. En fait, s’agissant de l’exploration d’un non-lieu, on doit se demander si l’ailleurs visité ne représente pas davantage le temps qu’un espace. Les voici en Islande où, en compagnie de Hans, un guide dévoué et intrépide, ils s’enfoncent dans les entrailles d’un volcan éteint, le Sneffels, sur les traces d’Arne Saknussemm. Les premières sont qualifiées de façon méliorative : "La mouche d’Europe s’en tient aux vitres, au sirop, à l’ombre des corridors. L'allusion à la fleur assimile la mouche d'Europe à un papillon. Il compare en effet les mouches d'Europe et les mouches d'Asie. Nicolas Bouvier adopte alors le ton de l', du nom "haine", ou encore l'expression "les larmes aux yeux" (l. 5) qui montre la réaction épidermique du narrateur à la pensée d'une mouche. Ce long séjour en Iran modifie leur façon d'être : "Six mois d'hivernage, un rien suffit à étonner (l. 2-3). On peut relever l'adjectif "lents" (l. 1) ainsi que la mention des "six mois d'hivernage" (l. 2) qui montre que le séjour des deux hommes en Iran ne se résume pas à une étape rapide. Je montrerai d’abord comment le narrateur introduit de façon habile le sujet dont il va traiter (du début à la ligne 11), puis j'analyserai l’art du portrait (de la ligne 12 à la fin). L'allusion à la fleur assimile la mouche d'Europe à un papillon. Otto Lidenbrock est un géologue et naturaliste denationalité allemande, qui enseigne aussi la minéralogie. Hans est toujours au gouvernail. - soif extrême : "l'eau fit tout à fait défaut" (l. 1), "privation d'eau" (l. 6), de la chaleur "brûlait' (l. 2), "étouffante" (l. 3). L’œuvre acquiert par là une dimension initiatique que d’aucuns n’hésiteraient pas à faire valoir par rapport à l’écrivain lui-même. Propriété de l’écrivain, le langage est sans doute plus vaste que l’univers connu par la science. - problématique : En quoi cet épisode révèle-t-il la vraie nature du professeur ? Dernière modification : 20 mars 2016 à 12h56. Présentation – Voyage au centre de la Terre est un roman écrit par Jules Vernes En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer votre dernière commande créée sur ce site et conserver la connexion automatique à votre compte. partie 1 : situation initiale des personnages, une drôle de rencontre, - enfin de retour à la surface de la Terre, soulagés, esprit serein, - ne savent pas où ils se trouvent, mais aucune inquiétude, - endroit agréable "heureuse contrée" (l. 3), vraisemblablement en Méditerranée "oliviers" (l. 2), - enfant misérable : "espèce de petit pauvre, très misérablement vêtu, assez souffreteux" (l. 4) = termes. Mais quand son oncle, le professeur Lidenbrock, découvre qu’il existe un chemin conduisant au centre de la Terre, rien ne peut détourner le célèbre savant de cette expédition. Tout en s’avouant étonné par ce qu’il a vu et éprouvé, il affirme encore après son aventure: «En dépit de ce que j’ai vu, je crois et je croirai toujours à la chaleur centrale.». En lui faisant trouver bon : … Le menu du repas et la tenue de l'hôte = réel exotisme sans spectaculaire, on n'a plus les repères occidentaux, comme prévu, rencontre qui n'apporte pas ce que les deux hommes attendaient, qui minimisent l'influence du chef de police : "il y a longtemps" (l. 14), "autrefois" (l. 15), , "petite ville" (l. 14), formule qui résume tout : "d'ailleurs, il a tout oublié" (l. 15), rencontre qui symbolise la lenteur du voyage. D’ailleurs, quel savoir tirer d’une telle équipée? La mouche est capable d'adopter une stratégie pour faire du mal. Le professeur incarne en quelque sorte un genre de personnage que l'on rencontre dans d'autres œuvres : le vieux maître bourru, mais gentil, qui guide le personnage plus jeune. Axel est le neveu d’Otto, c’est le narrateur de l’histoire.Il est âgé d’une vingtaine d’années. L'antithèse "pochards obligeants" (l. 6) illustre ce paradoxe. Mais contre toute attente, au lieu de s’élever, la température des profondeurs terrestres se maintient à un degré parfaitement tolérable (chapitres 9-29). L'exagération se poursuit avec la phrase suivante teintée d'. L'opposition marquée par la conjonction "mais" (l. 4) et l'exclamative "il y a les mouches !"